Assurance invalidité - point sensible

La cliente est recommandée par un médecin expert avec lequel je fais affaires souvent; dans son cas, il est le médecin traitant. La cliente me consulte parce que son assureur a cessé le paiement de ses prestations d’invalidité.

Il y a alors deux choses à faire : recueillir tous les dossiers médicaux de l’assurée et commander copie du dossier de l’assureur. Il ne faut pas se fier uniquement aux indications du client quant à ses dossiers médicaux; il faut aussi vérifier auprès de sources extérieures et fiables, en l’occurrence, la Régie de l’assurance-maladie du Québec. Quant au dossier de l’assureur, il faut l’obtenir afin de savoir ce qu’il contient. Il est étonnant de constater que parfois, la seule source de renseignements d’ordre médical de l’assureur consiste dans les déclarations du médecin traitant remplies sur les formulaires de l’assureur à qui il manque souvent des pièces médicales essentielles.

Nous obtenons ainsi les dossiers médicaux de la cliente qui sont expédiés à un médecin expert, qui n’est pas le médecin traitant de l’assurée pour des raisons qui tiennent de l’alliance thérapeutique qui doit s’établir entre le médecin et son patient. Le médecin expert, un physiatre, produit une expertise qui conclut à l’invalidité de l’assurée qui bénéficierait de traitements additionnels.

J’expédie la totalité des dossiers médicaux , une brique contenue dans un livre relié et boudiné, et l’expertise très fouillée et appuyée de littérature scientifique à l’assureur qui reconsidère sa décision et reprend les prestations rétroactivement à la date où il les a interrompues.

Ce n’est ni la première ni la dernière fois qu’un litige se règle ainsi avec un assureur.